Marché primaire et marché secondaire

Pour acheter des obligations ou des actions il y a globalement deux façons. Soit on les achète neuves, soit d’occasion.

    Le marché primaire

    Lorsqu’une entreprise décide d’ouvrir son capital, elle fait ce qu’on appelle une introduction en bourse ou IPO (pour Initial Public Opening). Dans ce cas, les propriétaires actuelles de l’entreprise cherchent à revendre leurs parts au public. Pour cela il faut trouver le meilleur prix entre les vendeurs qui veulent les vendre le plus cher possible et les futurs acheteurs qui ne veulent pas qu’elle soit trop cher pour qu’elles aient la possibilité de gagner de la valeur et donc leur rapporter.

    Acheter des actions au marché primaire peut être une bonne idée si l’on pense que la société a de l’avenir et que l’action prendra de la valeur avec le temps.

    Le marché secondaire

    Si jamais vous avez acheté des actions au moment d’une IPO vous n’êtes bien sûr pas obligé de les garder à vie. Comme dans tous les marchés, il y a le neuf et l’occasion. Pour ça il y a le marché secondaire. Et c’est là qu’intervienne les bourses. En gros les bourses c’est du E bay pour les actions. Certains arrivent avec des actions à vendre et d’autres sont là pour en acheter en espérant faire de bonnes affaires. Anciennement, c’était même un endroit physique où les acheteurs et vendeurs se retrouvaient et se vendaient des actions avec des tickets physiques. Désormais ce sont des bourses dématérialisés et tout se fait via internet mais on voit l’idée.

    Mais quel est l’intérêt d’acheter des actions d’occasions ? Et bien, parce que les actions peuvent prendre de la valeur avec le temps. Certain font donc le choix d’acheter des actions pour pouvoir les revendre plus cher plus tard. Il y a donc la rencontre entre deux entités.

Le cas particulier du marché primaire pour les obligations d’État.

Pour un particulier, il est possible d’acheter quasiment tous les produits sur le marché primaire et secondaire. Enfin pas tout, il y a un marché primaire qui n’est pas accessible au particulier et c’est celui des obligations d’État.

Pour définir le prix d’une obligation, l’État organise une adjudication. C’est en quelque sorte un appel d’offre destiné à un nombre restreint de participants appelés les SVT. Ce sont en général de grosse institutions tels la société générale ou le crédit agricole en France (la liste complète est disponible sur le site de l’AFT).

Si vous n’en faites pas partie, vous ne pourrez pas participer directement aux émissions. Mais rassurez-vous, vous pourrez toujours les acheter sur le marché secondaire.

Si jamais vous voulez en savoir plus sur les adjudication d’OAT, n’hésitez pas à aller voir cet article.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.